EPOC

L'EPOC

Certains d'entre vous avez une montre SUUNTO qui vous permet d'avoir cette donnée et peut-être vous vous demandez à quoi elle sert .....

>>> L'EPOC c'est quoi ??
L'EPOC (excess post_exercise oxygen consumption) correspond à la quantité supplémentaire d'oxygène utilisée par l'organisme pour récupérer après un exercice physique qui a provoquée une dette en oxygène
Plus l'exercice est donc intense et long, plus l'EPOC est significative avec un fort besoin en oxygène pour récupérer des fortes consommations

L’EPOC permet de repérer avant tout le niveau de perturbation générale de l'organisme dans sa capacité à retrouver l' équilibre causée par la dépense physique 
(ce que l'on appelle aussi l’homéostasie)

L'EPOC est donc étroitement liée au niveau de récupération (et de fatigue) du moment .
De même les conditions environnementales conditionnent l' élévation de l'EPOC (forte altitude , température élevée, fort taux d'humidité )

>>>>> Des variations d'interprétation d'un sport d'endurance à l'autre ...
Des valeurs élevées d’EPOC sont généralement atteintes lors de la pratique de sport d'endurance où la charge physique ne ressemble pas à celles d'un métronome et ou l'on observe des phases plus ou moins longues de récupération (trail, ski alpinisme, match long de tennis)

>>> les limites de l'EPOC
Si l'EPOC a été un temps le petit "joujou" capable de tout prédire les travaux des Finlandais Saalasti (2003) puis ceux de Seppänen (2005) ont un peu pondérer les ardeurs de ceux qui nous faisaient passer l'EPOC comme la solution miracle pour calibrer un effort .... et au passage nous "refourguer" des montres hors de prix au motif qu'elles avaient cette option 

L'EPOC reflète principalement les propriétés de l'exercice aérobie et, par conséquent, ne reflète pas de façon optimale l'épuisement dû à la fatigue musculaire locale ou à l'acidité lactique due à un départ trop rapide ... même si sur un effort de 3h ou plus , généralement suite à un départ très (trop?) rapide on observe une forte élévation de l'EPOC avec, assez souvent, un pic de l'EPOC autour des 90' après le départ...

Mais tout cela reste très variable ...
Sur un ultra notamment on peut se retrouver face à des valeurs d’EPOC faibles bien que l’individu soit épuisé ou inversement en regain de forme

L'EPOC reste une donnée incomplète , en effet l'exploitation de l'oxygène est fortement dépendante de la température corporelle et des concentrations hormonales sanguines (adrénaline et noradrénaline notamment) 
De nombreuses zones restent à peaufiner sur ce qui expliquent la variations de l'EPOCà l'effort , le "joujou" fascine ...mais voila il reste à éclaircir certains des mécanismes physiologiques responsable des évolutions de l'EPOC en cours d'effort

>>>>>> Une valeur fiable mais des interprétations qui le sont moins .....
L'EPOC en tant que valeur n'est pas contestable ce qui est à prendre avec prudence ce sont les interprétations que l'on peut en faire. 
Il faut savoir rester mesuré .... un seul marqueur ne suffit pas à apprécier le niveau d'intensité d'un effort.

S'il s'avère que l'EPOC est une donnée pertinente en post effort , les perturbations environnementales rendent moins vrai l'affirmation pendant l'effort.

A titre personnel de part mon job je lis des dizaines de courbes de séance par jour et je prends de plus en plus de recul sur cette donnée .
Chez les cyclistes ne perdons pas de vue que les watts restent le "juge de paix" pour apprécier le niveau d'intensité à l'effort ... la plupart des pro d'ailleurs ignorent même totalement l'EPOC en pédalant ....

A l'inverse je connais des gars férus de technologie , passer des heures à étudier leur courbe EPOC et se faire doubler par des avions de chasse avec un simple cardio décathlon !!!!!!!!!! 
Il faut rester pragmatique ..... Cela me fait penser à la variabiltié de la FC , il y a encore 10 ans tout le monde jurait par les marqueurs d'ondes pour la mesurer , aujourd'hui plus personne n'utilisent ces marqueurs au regard des perturbations du à la ventilation .....nous utilisons de manière beaucoup plus simple le seul marqueur RMSSD...

*************************************************
De nombreux travaux ont été réalisés sur l'EPOC , les experts en la matière restent les finlandais :

> travaux de RUSKO (2003)
Rusko, H.K., Pulkkinen, A., Saalasti, S., Hynynen, E. & Kettunen, J. (2003).
"Pre-prediction of EPOC: A tool for monitoring fatigue accumulation during exercise?" 
édition : Medicine and Science in Sports and Exercise

> travaux de LAURSEN (2002) 
Laursen, P.B. & Jenkins, D.G. 
"The Scientific Basis for High-Intensity Interval Training. Optimising Training Programmes and Maximising Performance in Highly Trained Endurance Athletes."
édition : Sports Medicine

> travaux de SAALASTI (2003) 
Neural networks for heart rate time series analysis. 
édition : thèse de l'Academic Dissertation, University of Jyväskylä, Finland.

> travaux de SEPPÄTEN (2005) 
Effect of increased velocity and duration of running on training load as evaluated by EPOC. 
édition : Thèse de University of Jyväskylä, Department of Biology of Physical Activity.

*******************

2 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau