La fréquence cardiaque maximale 

 

Une formule théorique

La célébrissime formule d’Astrand "220- âge" est théorique…

Ce qui ne veut pas dire qu’elle ne vaut rien… simplement il s’agit d’une estimation approximative qui n’est pas très précise pour qui veut rechercher une optilisation de ses plages de travail. (on a une marge de + ou – 10%).

Cette approximation est liée à quatre paramètres au moins :

1. Le sport pratiqué

Il n’existe pas une mais plusieurs « Fcmax » selon la discipline sportive pratiquée.

On s'accorde à pense que la course à pied, le ski nordique génère pour une même intensité d’effort une Fcmax supérieure d’environ 10 battements/minute qu’en cyclisme.

 

2. Le niveau de pratique

Le niveau de performance du sportif détermine lui aussi la FCM.

Il est fréquent de voir chez les "vétérants" sportifs d’endurance ou anciens athlètes de haut niveau des FCM nettement supérieurs aux valeurs théoriques pour l’âge… la FCM est donc étroitement sous l’influence de la commande nerveuse.

 

3. L’âge de manière globale

Le Docteur Hubert Vidalin, après de nombreux travaux de recherche a noté que la FCM observée ne correspondait pas à la théorique pour la plupart des sportifs de plus de 30 ans.

 

4. N’oublions pas enfin que la FCM dépend dépend également très fortement des conditions ambiantes

Température, hygrométrie... d’où certains record battus dans des conditions climatiques tout à fait exceptionnelles.

Aujourd’hui tout entraineur ou préparateur physique sérieux ne tient donc plus compte de la seule FC max (FCM) pour établir les plages de travail spécifiques.

En effet la Fc max subies est un élément qui subit de très nombreuses et importantes fluctuations en fonction de l’état de forme du moment et du niveau de fatigue.

Ainsi pour un même individu la FCM peut varier de plus ou moins 10% par minute !

Par conséquent les extrapolations à partir de FCM sont souvent entachées d'erreur.

La VO2 max et surtout la puissance max développées sont aujourd’hui les paramètres les plus fiables pour déterminer les intensités de travail.

Ce manque de fiabilité se constate aussi pour déterminer le "seuil aérobie-anaérobie".

Pour palier à ces erreurs, il est préférable de mettre en relation le pourcentage de VO2max avec celui de la réserve cardiaque fonctionnelle maximale.

Très sérieusement je ne connais plus trop de collègues formateurs qui prônent l’utilisation de la formule : FCT = 220 – âge, pour estimer la fréquence cardiaque maximale théorique (FCT) d’une personne… en vu de gérer avec efficacité l’intensité de l’exercice.

Soyons objectif à ce jour à ma connaissance aucune formule n’est suffisamment précise pour être considérée comme fiable en toute circonstance pour correspondre exactement aux intensités relatives de VO2max souhaitées.

On peut cependant à partir de la donnée théorique de la FCM (prise sur le principe 220- âge) calculer la fréquence cardiaque de réserve et à partir de celle-ci utiliser la formule de Karvonen pour déterminer sa fréquence cardiaque d’entrainement (FCE) en fonction de l’intensité désirée.

FCE = FCR + (FCM - FCR) x (% de l'intensité)


Ce qui donne pour faire court :

50-60% échauffement, récupération, perte de poids

60-70% : entraînement de base sur longue distance

80% : endurance active ou résistance douce

85-90% : résistance dure fractionné long

90-95% : fractionné court

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau