la spiruline

la spiruline...

Spirulin 1

Le mythe de la spiruline,  micro algue bleu-vert aux effet miraculeux  est-il fondé ?

Essayons d'y voir plus clair objectivement....en essayant de dépasser l'idée reçue un peu facile selon  laquelle "puisque c'est naturel c'est donc bon pour la santé" .... une pensée simpliste qui tient plus  du mythe de "dame nature bonne mère nourricière" auquel chacun à le droit de croire, mais qui ne relève d'aucune réalité pragmatique et encore moins scientifique ..

Le brave Socrate ne sait-il pas donné la mort avec une petite plante toute naturelle et toute belle  que l'on trouve en bordure de chemins  nommée "Conium maculatum" ou moins pompeusement  "cigüe"  En pleurs

 

Côté protéine  et BCAA en particulier :

En  se penchant un peu de près, sauf à ajouter un effet placebo,  il n'y a quand même pas trop de quoi affoler les compteur en BCAA avec la spiruline, les chiffres parlent d'eux-mêmes :

  • Une prise de 350mg de spiruline apporte environ 90 mg de protéines dans le meilleur des cas ...dont 17mg de BCAA autant dire des broutilles.
  • Imaginons 6 cachets (5 grammes environ) on va passer à 250mg... toujours pas grand-chose... sauf le prix pour s'acheter la précieuse algue en version bio (car autrement en plus des quelques mg de BCAA on aura droit à une dose qui peut-être sympa de métaux lourds... 

 

Steack haché 100% boeuf BIO contre spiruline BIO :

  • Une ration de 100 g de viande de boeuf cuite apporte environ 25 g de protéines
  • avec un steak de 300 grammes on obtient environ 75 grammes de protéine
  • A titre de comparaison pour obtenir la même quantité de protéine il va falloir  s'enfiler la bagatelle de 200 comprimés de 500mg de spiruline ....
  • en terme de coût on est  5 € pour les 300 grammes  de steak haché bio (autour de 12 € le kg) .... contre  20 € environ de spiruline BIO 

 

 


Si vraiment on est en situation de très forte charge d'entrainement ou en période à très fort contexte de fatigue il va donc falloir se tourner vers autres choses pour assurer un apport complémentaire en acides aminés essentiels et BCAA en particulier .

Un  complexe comme l'ACM20 peut  renforcer cet apport

La composition de l'ACM 20 :
protides solubles naturels, valine, leucine, isoleucine, taurine, gluconate de K 70 mg, gluconate de Mg 44 mg, gluconate de Mn 0,07 mg, gluconate de Zn 1,5 mg, gluconate de Cu 0,35 mg, chlorure de Na 20 mg, Vit. B1 3 mg, Vit. B2 3 mg, Vit. B6 5 mg, Vit. E 50 mg, Vit. PP 30 mg, aspartam 75 mg.

Pour en savoir plus :
http://www.eurekasante.fr/parapharmacie/vidal/produits-vidb6122-ACM-20.html

http://www.pharmaservices.fr/cgi-local/affiche_resume.pl?adherent=1&Detail=3646&Famille=216&HTMLPage=/promotions.htm


Mais  je pense que, dans l'immense majorité des cas, un simple bol de crème sport déjeuner maison à base d 'amande et de crème de céréale complété au besoin, si on le tolère, par un blanc d'œuf frais battu fera largement l'affaire...

 

Côté fer :

Là les choses sont un peu différente : la prudence reste de mise mais la spiruline pourrait apporter  un  complément interessant .

Rappel : le fer provenant de produits carnés (viande rouge en particulier) est en grande partie héminique (il est associé à de l'hémoglobine), ce qui le rend généralement à peu 2,5 fois plus assimilable que le fer issu d'autres sources, en particulier végétales (fer non-héminique).

La spiruline ferait  exception en terme d'assimilation , en effet une partie du fer de la spiruline est moléculairement liée de façon très similaire au fer héminique.

Mais il faut être prudent car les études que nous avancent les fabriquants de spiruline sont très loin de  déterminer des ratios "définitif" de l'absorption du fer de la spiruline. Ces études ne sont d'ailleurs pas fondées sur des  techniques in vivo beaucoup plus fiables mais qui demandent des techniques de marquage radioactif, ce qui les rendent très coûteuses et chronophage sans parler de l'aspect éthique de la chose ....

 

  • Ergogenic and Antioxidant Effects of Spirulina Supplementation in Humans. édition : Med Sci Sports Exerc (2010) , auteur : Kalafati M. et al.,
  • Preventive effects of Spirulina platensis on skeletal muscle damage under exercise-induced oxidative stress. édition :  Eur J Appl Physiol (2006) ; auteur : Lu HK et al.

 

Une étude de 2010 qui pondère les choses ...

Franca et son équipe  ont observé les effets de la spiruline chez 18 cyclistes en entraînement intensif , les résultats sont éloquants :

Franca n'a repéré  aucun effet bénéfique de la prise de spiruline ni sur le stress oxydant si sur la protection contre la dégradation des protéines musculaires.... Pour son équipe si  les résultats sont satisfaisants , cela s'explique 
prioritairement par le fait que les sportifs qui consomment de la spiruline sont aussi des sportifs vigilant sur leur  équilibre nutritionnel .

Franca conclue qu'il est donc  possible que la spiruline soit  pertinente  en cas de déséquilibre nutritionnel...mais en tout état de cause elle n'a que fort fort peu d'intérêt quand on est un sportif très entraîné et que l'on mange équilibré.

source de l'étude de Franca :

  • "Spirulina does not decrease muscle damage nor oxdidative stress in cycling athletes with adequate nutritional status." édition : Biology of Sport, 2010 auteur Franca and all. 

 

Avis sur les études "favorables" à la spiruline :

On ne peut toutefois pas nier les études citées ci-dessous  ciblées sur la bio-absorption du fer de la spiruline, qui  tendent à montrer que le fer de la spiruline est particulièrement bien assimilé.

  •  "Iron availability from iron-fortified spirulina by an in vitro digestion/Caco-2 cell culture model"  ;  édition :  "Journal of agricultural and food chemistry" (2001),    auteurs: Grégoire Puyfoulhoux, Jean-Max Rouanet, Pierre Besançon, Bruno Baroux, Jean-Claude Baccou, Bertrand Caporiccio

 

  •  "Availability of iron to rats from spirulina, a blue-green alga" ; édition :   "Nutrition research"  (1986),  auteurs : Phyllis E. Johnson, L. Elliot Shubert 

 

  • "Effects of calcium supplementation on iron bioavailability from spirulina" ; édition : "Nutrition & food science" (2006), auteur : Su Peng Loh, Hishamuddin Omar, Abdul Salam Abdullah, Maznah Ismail

 

Ne pas oublier toutefois que  ces études ont été  faites très souvent  avec des cohortes de volontaires végétariens .... donc pas franchement objectif si on veut transférer les résultats sur des habitudes alimentaires variées incluant aussi les apports d'origine animale 

5 votes. Moyenne 3.40 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau