Le lait, les produits laitiers

 

La polémique

A lui seul le lait cristalise tout ce que l'on peut créer comme polémique sur le plan nutritionnel.

Tantôt il sera l'incontournable source de calcium et sans lui point de salut pour notre squelette.

Tantôt il deviendra le pire des maux pour un sportif, le responsable de notre prochaine ostéoporose et de nos vilaines tendinites... qui bien sûr disparaitraient comme par magie grâce à l'abscence de produit laitier...

Et que penser de ceux qui avancent que le lait est fait pour le veau... et donc d'une parfaite inutilité pour l'homme ? Devons-nous avoir le même raisonnment avec la salade ou le persil... ces braves plantes seraient-elle elles aussi réservés aux vaches puisque nous ne sommes pas à priori des herbivores ?

On le voit tous ces discours restent pour le moins hasardeux car ces postulats ne repose sur aucune VRAIE expérimentation scientifique, je veux parler d'une expérimentation qui comporte un certain nombre de paramètres irréfutables comme le principe de la randomisation sur une cohorte suffisante conduite sur le principe de la conduite en double aveugle pour étudier l'effet placébo notamment...

 

Lait de vache : allergie ou intolérance ?

L'allergie aux protéines du lait de vache est la plus fréquente des allergies alimentaires.

Cette allergie touche 2 à 3% des enfants jusqu’à 2 ans, puis les symptômes disparaissent progressivement mais l’allergie aux protéines de lait ne disparait pas réellement. La majorité des allergiques initiaux devient tolérante, au moins à de petites quantités de lait.

Toutefois, lors d’ingestion de plus grandes quantités, des symptômes apparaissent dans 45% des cas, contre 15% dans la population générale.

Il existe deux types d'allergies. L'une (IgE-dépendante) dépendante des immunoglobulines E, est responsable de manifestations immédiates, dans les deux heures suivant l'ingestion de lait : diarrhées, vomissements, urticaire, choc anaphylactique…

L'autre, non dépendante des IgE, est à l'origine de manifestations retardées : douleurs abdominales, constipation sévère ou inversement, diarrhées chroniques, eczéma, rhinite, toux chronique, asthme…

Même si l’on parle couramment d’allergie au lait de vache, il faut savoir qu’il s’agit la plupart du temps d’une intolérance au lactose, le seul glucide contenu dans le lait.

Cette intolérance est due à une faible activité de la lactase (une enzyme dont le rôle est de scinder le lactose en deux pour permettre son assimilation), provoquant alors des troubles digestifs après l’ingestion de lait.

Sur cette notion d'allergie, le plus souvent d’ailleurs il s’agit d’une erreur lexicale car c'est en réalité une intolérance à une des multiples protéines du lait.

Le lait contient plus de trente protéines, toutes potentiellement allergisantes mais les caséines et la bétalactoglobuline sont le plus souvent en cause, cela dit toutes les protéines peuvent être incriminées.

Enfin, pour les intolérants au lactose, la consommation de yaourts ou laits fermentés ne pause aucun problème étant donné que les bactéries ajoutées au lait pour former le yaourt ont déjà utilisé une partie du lactose et ont commencé une digestion... donc beaucoup moins voir pas de problème de digestion.

En bref le lait d’une part ne nuit pas à tout le monde et d’autre part il peut se retrouver bien plus adapté à nos besoins de manière "travaillée".

 

Lait de vache, de chèvre ou de brebis ?

En ce qui concerne les micronutriments, le lait de chèvre enregistre des concentrations semblables à celles du lait de vache. Du point de vue énergétique, le lait de chèvre possède une densité des minéraux plus grande que le lait de vache ou de brebis (il a le plus de substances minérales par 100 kcal).

Aussi bien dans le lait de chèvre que dans celui de vache, les acides gras saturés prédominent. Ceux-ci sont suivis par les acides gras mono-insaturés et une petite proportion d'acides gras polyinsaturés. La différence principale se trouve dans la longueur des chaînes des acides gras. La matière grasse du lait de chèvre se caractérise par une proportion élevée d'acides gras à courte et moyenne chaînes. Ceci est dû à la concentration deux fois plus importante d'acide caprique dans le lait. Les acides gras à courte et moyenne chaînes sont plus facilement absorbés que ceux à longue chaîne. Ils en deviennent ainsi plus digestibles.

Il n'existe donc pas en physiologie alimentaire de raisons scientifiquement fondées pour justifier une préférence généralisée du lait de chèvre ou de brebis par rapport au lait de vache. De manière générale, ces produits peuvent constituer un élément utile pour une alimentation variée, saine et équilibrée.

Macronutriments :

Ce qui est le plus remarquable, c'est la teneur énergétique beaucoup plus élevée du lait de brebis par rapport à ceux de vache et de chèvre. Avec 103 kcal/100 g, le lait de brebis dépasse de 30 kcal le lait de vache et même de 40 kcal celui de chèvre. Cela est surtout dû à sa forte teneur en matière grasse, mais aussi à sa teneur élevée en protéine. En bref, il contient plus de matière sèche et moins d'eau que les deux autres.

Lactose :

Les hydrates de carbone des trois types de lait se présentent surtout sous forme de lactose; la teneur de ces trois laits en lactose ne présente que des différences mineures, qui ne jouent aucun rôle pour les personnes intolérantes au lactose.

Matière grasse :

Outre ces différences quantitatives, on note aussi des différences qualitatives. Ainsi, les globules de matière grasse des laits de chèvre et de brebis sont en moyenne légèrement plus petits que ceux du lait de vache. Plus les globules sont petits et plus leur surface spécifique est grande, c'est pourquoi les enzymes qui dénaturent les graisses peuvent mieux et plus vite les attaquer et le corps peut ainsi mieux les digérer. Par ailleurs, les laits de chèvre et de brebis contiennent davantage d'acides gras à chaîne courte ou moyenne, que notre système digestif assimile plus facilement. Ils sont donc particulièrement digestes.

Protéines et allergies :

La composante protéinée des laits de vache, de chèvre et de brebis est à 80% composée de caséine. Les protéines contenues dans les trois laits sont toutes de valeurs biologiques comparables et donc parfaitement aptes à couvrir les besoins humains.

Potentiel allergène :

Toutes les protéines du lait sont potentiellement allergènes, c'est-à-dire qu'elles peuvent amener le système immunitaire à réagir exagérément à leur présence. Cette réaction est déclenchée par la présence d'une série d'antigènes potentiels dans la séquence des acides aminés d'une protéine. La Lactoglobuline, une protéine absente dans le lait maternel, est le principal allergène du lait outre la caséine.

En cas d'allergie au lait de vache, le lait de chèvre présente une différence notable en ce qu'il ne contient que peu de caséine. Ceci pourrait constituer un avantage pour les personnes allergiques à la caséine.

40% des enfants souffrant d'allergie au lait de vache supportent le lait de chèvre.

Indépendamment des légères différences au niveau des structures protéiniques, il existe aussi entre ces laits des réactions croisées. En cas d'allergie croisée, la personne touchée réagit non seulement à une protéine donnée du lait de vache, mais aussi à une protéine semblable du lait de chèvre ou de brebis (et inversement).

Sur la base de telles réactions croisées, ces deux derniers laits ne constituent donc pas toujours une alternative viable.

Micronutriments :

Le lait de vache est une bonne source pour les éléments minéraux calcium, phosphore, potassium, iode, zinc et magnésium, ainsi que pour les vitamines A, D, B2, B12, de même que pour l'acide pantothénique.

Du fait de leur composition semblable, il en va de même pour les laits de chèvre et de brebis, sauf en ce qui concerne la vitamine B12 dans le cas du lait de chèvre.

Contrairement au lait de chèvre, dont les teneurs en micronutriments sont semblables à celles du lait de vache, le lait de brebis se distingue par des teneurs absolues en partie très élevées en sels minéraux et en certaines vitamines.

Pour comparer les produits alimentaires, on fait souvent appel non à la teneur absolue en nutriments mais au rapport entre cette teneur (quantité en g, mg, µg ou ng) et l'énergie (100 kcal).

Du fait de la forte teneur énergétique du lait de brebis, les concentrations absolues de ce lait sont quelque peu atténuées.

C'est le lait de chèvre qui présente la plus forte densité en sels minéraux, alors que le lait de brebis contient le plus de vitamines par 100 kcal.

Le lait de brebis contient jusqu'à deux fois plus de minéraux tels que le calcium, le phosphore,le zinc et le groupe des vitamines B.

 

Lait et calcium ?

Quand on aborde le sujet du calcium on entend des trucs ahurissant !

par exemple des gens qui achètent du lait sans lactose en se disant :

"C’est super je n’ai pas l’inconvénient du lactose tout en ayant le calcium !"

oups, c'est râté... car sans la présence du lactose le calcium du lait n’est que très peu biodisponible... Eh oui le lactose est scindé par une enzyme (la lactase intestinale) en glucose et galactose qui seront eux même métabolisés.
Ce mécanisme aura pour conséquence une montée de l’acidité qui favorise l’absorption du calcium car celui-ci est plus soluble à ph acide.
Plus généralement tout ce qui va légèrement augmenter dans des proportions raisonnable l’acidité de l’appareil digestif dans la partie proche de l’intestin grêle, favorisera l’absorption du calcium.
Cette fixation du calcium par le lactose peut d’ailleurs conduire en cas de très forte consommation lactée à l’ostéopétrose qui est un épaississement du squelette (le fameux syndrome de Burnet, qui est ce que le langage populaire appelle "la maladie des buveurs de lait") .
On retrouve le même processus "activateur de l’absorption du calcium" avec un des "sucres" des légumes secs : le raffinose.
On connait plus ce brave "ose" par ses odeurs sympathiques...
Eh oui c’est lui qui est fermenté par les bactéries présentes dans le gros intestin apportant les flatulences peu agréables pour l’entourage immédiat !

 

D’autres qui avalent des tonnes de produits au soja en se disant puisque c’est des yaourt de soja cela va remplacer les yaourts classique... C’est encore raté !

Car les phytates du soja diminuent l’absorption du calcium !

Les détracteurs du lait s’appuient sur un constat : le calcium est présent de manière démesuré dans le lait ; il serait donc un peu « ridicule » d’avaler un truc …pour le pisser sous formes de phosphate de calcium quelques heures plus tard !

... Ils n'ont pas tout à fait tord...

Une alimentation équilibrée passe par une diversité : à l’évidence la surconsommation d’un aliment se fera au détriment des autres !

De plus personne à ce jour ne peut affirmer le contraire de manière scientifique…oui une énorme partie du calcium avalée est aussitôt rejeté !

Dame nature nous a fait ainsi : il nous faut peu de calcium mais ce doit être un calcium capable de se fixer dans nos cellules.

La question essentielle est donc :

Comment fixer et garder le calcium ?

Est-il bon de prendre une grosse dose dont on perd une bonne partie, tout en déséquilibrant l’organisme ?

Petite info pour mieux comprendre :

L’absorption du calcium dépend de la vitamine D.

Mais où trouver la vitamine D ? Là est justement le problème !

Contrairement au calcium, peu d’aliments contiennent de la vitamine D. Certes, on la trouve dans certains poissons gras, dans les jaunes d’œuf, le foie, les huîtres, mais il faut en consommer en grande quantité afin d’assurer les besoins quotidiens.

Il faudrait en effet manger 22 œufs durs par jour pour couvrir ces besoins !

La solution passe par l’exposition au soleil …bref le grand air !

Le vieux médecin de famille qui tiraient autrefois les oreilles de la mère de mes enfants, qui laissaient ses petits au chaud l’hiver par grand froid, avait donc bien une petite idée derrière la tête !

 

Calcium du lait ou des végétaux, quelle biodisponibilité ?

Là encore le débat fait rage !

Sans faire dans la polémique je ne crois pas ce soit le lait qui soit indispensable... mais l’apport en calcium... et celui de la vitamine D tout aussi indispensable pour permettre la biodisponibilité (en d’autre terme plus commun " la fixation" sur les tissus osseux) du calcium...

Sans vitamine D on peut boire des litres de lait... mais il sera "uriné" à peu près dans son intégralité.

la nuance peut sembler minime mais bon...

Alors effectivement la biodisponibilité du calcium d’origine animale est supérieure au calcium d’origine végétale (notamment grâce à l’action du lactose) pour autant tout celles et ceux qui ont une intolérance absolue au "sucre" du lait (le lactose) pourraient témoigner en disant haut et fort qu’ils vivent pas trop mal sans prendre une goutte de lait de vache ou de ces dérivés...

Perso je me pense en bonne forme en ne buvant qu’à titre tout à fait exceptionnel du lait(obligatoire par exemple pour savourer les flancs aux oeufs de mamie !).

Ce qui ne m’empêche pas d’avoir ma ration type de 900mg de calcium par jour (1000 pour une femme et 1200 pour une femme enceinte ou allaitante) uniquement par la voie végétale (légumineuse une portion par jour + fruits secs réhydratés 4 pruneaux et 4 abricots par jour au petit déjeuner).

Sans oublier la boisson certaines eaux minérales contiennent 500mg.L-1 (Hépar, contrex).

Mais nul ne détient la vérité... donc évidemment si le lactose est toléré je ne vois pas bien pourquoi les produits laitiers devraient être totalement bannis (surtout pour les femmes enceintes ou allaitantes qui doivent renforcer leur apport en calcium)... sauf à adhérer à un principe que je jugerais alors fortement réducteur et sans fondement scientifique... à moins de m’en apporter la preuve inverse...

Alors c’est vrai dans l’absolue et en laboratoire le calcium double ionisé est assimilable rapidement par l’organisme... mais les auteurs oublient de préciser que ce n’est pas le seul "Ca" (calcium) à avoir cette qualité !

En tous les cas le calcium du lait complexé à des anions (le phosphate notamment) est lui aussi très bien diffusable.

La biodisponibilité du calcium du lait (40% envrion) est souvent très supérieure à celle du calcium de la plupart des légumes.

J’attends que l’on m’apporte par des données scientifiques sur une alimentation quotidienne (et non dans les conditions "labo") pour penser le contraire...

La encore les détracteurs du lait "oublient" (c’est un peu leur manie...) de dire que les légumes contiennent souvent des acides (l’acide phytique ou l’acide oxalique par exemple) qui inhibent l’absorption intestinale du calcium (pour les puristes qui diminue le célébrissime CUD -coefficient d’utilisation digestive).

Là ou le discours devient totalement ubuesque c’est lorsqu’il est tenu par des individus qui s’avalent des litres de thé vert... en oubliant que celui-ci à un tannin destructeur de calcium !

Il est donc toujours facile (et au demeurant regrettable) de réduire une info pour justifier un choix diététique ou une cause !

 

Le lait un facteur limitant la digestion... et favorisant l’élaboration de l’acide lactique ?

Les détracteurs du lait font justement remarqués que le lait est constitué en majorité de molécules protéiques de grandes tailles que nos enzymes ne sont pas capables de disséquer en acides aminés digestes. (je vous l’accorde le langage est un peu barbare…).

Cela favorise la prolifération de germes pathogénes qui ralentissent la digestion.

De plus, une partie de ces protéines insuffisamment dégradées traversent la paroi intestinale et induisent à termes des réponses immunitaires causes de maladies inflammatoires bénignes (problèmes de peaux, allergies par ex) ou beaucoup plus graves (polyartrites rhumatoïdes...).

Les bactéries contenues dans le lactose du lait font fermenter les glucides avec une production d’acide lactiques (ce principe se retrouve avec le chou fermenté (choucroute)

... Or l’acidose est l’ennemi du muscle !

 

A ma connaissance malgré de nombreuses recherches je n’ai pas encore lu un avis contraire scientifiquement étayé pour démontrer le contraire… mais je reste bien sûr ouvert…

Mais delà à affirmer qu'un verre de lait ou un yaourt seerait la cause d'une tendinite il y a une marge !

 

Pourquoi du lait BIO ?

Personne ne diras le contraire : une mère qui fume secrète du lait a la nicotine !

Puisque tout passe par le lait, il en va de même pour les vaches... et c’est sans doute une des raisons essentielles qui fait que je ne consomme que très peu de lait non bio.

Avaler des désherbants, des insecticides, des antibiotiques pris par une bête malade (ben oui une vache ça se soigne aussi par des antibiotiques !), des hormones, des toxines vaccinales …sans compter une quantité croissante de dioxines (un sujet qui inquiète actuellement le monde scientifique) …NON MERCI !

Et là je n’ai pas parlée de la contamination quasi systématique par des produits extrêmement cancérogène tels les nitrates, les mycotoxines, les pesticides. (dans le cas de lait d’origine non bio)

Tout ce gentil "mélange gastronomique" se retrouve évidemment dans les excellents petits pots de crème, de yaourts, si attrayant, dans le beurre, la crème fraiche et les milliers de préparations culinaires pâtissières et autres que nous propose les rayons de nos supermarché.

 

Le lait réservé aux veaux et aux agneaux ?

Les détracteurs du lait avance une règle universelle appliquée chez tous les mammifères à l’exception de l’homme :dès que le petit peut se nourrir, il ne boit plus de lait… ni de produits laitiers.

"Avons-nous déjà vu un lion adulte téter une lionne ?" Pourtant, il est fort probable que le lion, ait des os plus solides que nous et cela, sans boire une goutte de lait.

Quel est donc ce mystère ? Pourquoi les animaux sauvages ont-ils une bonne ossature sans produits laitiers. Pour les détracteurs du lait la réponse est simple (voir simpliste ?) : la nature a prévu bien d’autres sources de calcium que le lait.

 

Cet argument, séduisant au premier abord, est simpliste ; il part du postalat que tous les mammifères doivent tous opter pour les mêmes principes de conduites alimentaires…

Ce point de vue évacue l’aspect social de l’alimentation et le patrimoine historique d’une évolution de notre espèce ; car pour pousser le raisonnement dans sa toute logique : nous sommes aussi les seuls mammifères à faire cuire nos aliments …et cela depuis quand même pas mal de temps !


Pour conclure

Je ne défends pas ici la chapelle des anti-lait ou des pro-lait, même si par conviction écologique et environnementale je ne bois pas ni ne mange que très rarement du lait !

Mais je ne crois pas que l’on puisse utiliser des arguments réducteurs pour défendre la position du "anti-lait" qui reste encore une fois idéologique... et sur certains aspects fondée par une observation probante à défaut d'être c'est vrai non scientifique !

Le lait de brebis contient jusqu'à deux fois plus de minéraux tels que le calcium, le phosphore,le zinc et le groupe des vitamines B.
Tout comme le lait de chèvre, les particules de gras du lait de brebis sont plus fines, donc plus digestes que le lait de vache. Le lait de brebis aurait un avantage pour les gens qui ont des allergies ou des intolérances au lait de vache ou de chèvre... mais ils existent en réalité des allergies croisées

L'allergie aux protéines du lait de vache est la plus fréquente des allergies alimentaires

Il existe deux types d'allergies. L'une (IgE-dépendante)dépendante des immunoglobulines E, est responsable de manifestations immédiates, dans les deux heures suivant l'ingestion de lait : diarrhées, vomissements, urticaire, choc anaphylactique…
L'autre, non dépendante des IgE, est à l'origine de manifestations retardées : douleurs abdominales, constipation sévère ou inversement, diarrhées chroniques, eczéma, rhinite, toux chronique, asthme…

Même si l’on parle couramment d’allergie au lait de vache, il faut savoir qu’il s’agit la plupart du temps d’une intolérance au lactose, le seul glucide contenu dans le lait.
Cette intolérance est due à une faible activité de la lactase (une enzyme dont le rôle est de scinder le lactose en deux pour permettre son assimilation), provoquant alors des troubles digestifs après l’ingestion de lait.

En revanche, la vraie ’ allergie ’ au lait est due aux protéines.
Cette allergie touche 2 à 3% des enfants jusqu’à 2 ans, puis les symptômes disparaissent progressivement mais l’allergie aux protéines de lait ne disparait pas réellement.
La majorité des allergiques initiaux devient tolérante, au moins à de petites quantités de lait.
Toutefois, lors d’ingestion de plus grandes quantités, des symptômes apparaissent dans 45% des cas, contre 15% dans la population générale.

La plupart des enfants qui sont allergiques au lait de vache sont également sensibilisés aux protéines de lactalbumine et/ou à la fraction de caséine et bon nombre d’entre eux ne peuvent tolérer ni le lait de chèvre ni celui de brebis.

Réciproquement, les allergies au lait de chèvre et de brebis qui ne sont pas associées à une réactivité croisée au lait de vache sont rares.

Si les enfants allergiques aux protéines du lait de vache sont le plus souvent aussi allergiques aux laits de chèvre et de brebis, les enfants allergiques aux protéines des laits de chèvre et de brebis supportent le lait de vache.

Il s’agit en général d’une allergie dirigée contre les caséines de ces laits et non contre les lactalbumines.

Les caséines du lait de vache et celles du lait de chèvre et de brebis ont une forte homologie de séquence ; pourtant, les IgE des enfants allergiques au lait de chèvre et de brebis ne se lient que peu à la caséine du lait de vache.

87% des sujets réactifs aux lactoglobulines reconnaissent également la caséine.

Ceux qui reconnaissent la sérum albumine ne sont en général pas sensibles aux autres protéines du lait de vache.

La caséine est en cause dans la majorité des allergies persistantes au lait de vache.

En ce qui concerne les micronutriments, le lait de chèvre enregistre des concentrations semblables à celles du lait de vache. Du point de vue énergétique, le lait de chèvre possède une densité des minéraux plus grande que le lait de vache ou de brebis (il a le plus de substances minérales par 100 kcal).

Aussi bien dans le lait de chèvre que dans celui de vache, les acides gras saturés prédominent. Ceux-ci sont suivis par les acides gras mono-insaturés et une petite proportion d'acides gras polyinsaturés. La différence principale se trouve dans la longueur des chaînes des acides gras. La matière grasse du lait de chèvre se caractérise par une proportion élevée d'acides gras à courte et moyenne chaînes. Ceci est dû à la concentration deux fois plus importante d'acide caprique dans le lait. Les acides gras à courte et moyenne chaînes sont plus facilement absorbés que ceux à longue chaîne. Ils en deviennent ainsi plus digestibles.

Il n'existe pas en physiologie alimentaire de raisons scientifiquement fondées pour justifier une préférence généralisée du lait de chèvre ou de brebis par rapport au lait de vache. De manière générale, ces produits peuvent constituer un élément utile pour une alimentation variée, saine et équilibrée.

Macronutriments
Ce qui est le plus remarquable, c'est la teneur énergétique beaucoup plus élevée du lait de brebis par rapport à ceux de vache et de chèvre. Avec 103 kcal/100 g, le lait de brebis dépasse de 30 kcal le lait de vache et même de 40 kcal celui de chèvre. Cela est surtout dû à sa forte teneur en matière grasse, mais aussi à sa teneur élevée en protéine. En bref, il contient plus de matière sèche et moins d'eau que les deux autres.

Lactose
Les hydrates de carbone des trois types de lait se présentent surtout sous forme de lactose; la teneur de ces trois laits en lactose ne présente que des différences mineures, qui ne jouent aucun rôle pour les personnes intolérantes au lactose.

Matière grasse
Outre ces différences quantitatives, on note aussi des différences qualitatives. Ainsi, les globules de matière grasse des laits de chèvre et de brebis sont en moyenne légèrement plus petits que ceux du lait de vache. Plus les globules sont petits et plus leur surface spécifique est grande, c'est pourquoi les enzymes qui dénaturent les graisses peuvent mieux et plus vite les attaquer et le corps peut ainsi mieux les digérer. Par ailleurs, les laits de chèvre et de brebis contiennent davantage d'acides gras à chaîne courte ou moyenne, que notre système digestif assimile plus facilement. Ils sont donc particulièrement digestes.

Protéines et allergies
La composante protéinée des laits de vache, de chèvre et de brebis est à 80% composée de caséine. Les protéines contenues dans les trois laits sont toutes de valeurs biologiques comparables et donc parfaitement aptes à couvrir les besoins humains.

Potentiel allergène
Toutes les protéines du lait sont potentiellement allergènes, c'est-à-dire qu'elles peuvent amener le système immunitaire à réagir exagérément à leur présence. Cette réaction est déclenchée par la présence d'une série d'antigènes potentiels dans la séquence des acides aminés d'une protéine. La Lactoglobuline, une protéine absente dans le lait maternel, est le principal allergène du lait outre la caséine.

En cas d'allergie au lait de vache, le lait de chèvre présente une différence notable en ce qu'il ne contient que peu de caséine. Ceci pourrait constituer un avantage pour les personnes allergiques à la caséine.
40% des enfants souffrant d'allergie au lait de vache supportent le lait de chèvre.

Indépendamment des légères différences au niveau des structures protéiniques, il existe aussi entre ces laits des réactions croisées. En cas d'allergie croisée, la personne touchée réagit non seulement à une protéine donnée du lait de vache, mais aussi à une protéine semblable du lait de chèvre ou de brebis (et inversement).
Sur la base de telles réactions croisées, ces deux derniers laits ne constituent donc pas toujours une alternative viable.

Micronutriments
Le lait de vache est une bonne source pour les éléments minéraux calcium, phosphore, potassium, iode, zinc et magnésium, ainsi que pour les vitamines A, D, B2, B12, de même que pour l'acide pantothénique.
Du fait de leur composition semblable, il en va de même pour les laits de chèvre et de brebis, sauf en ce qui concerne la vitamine B12 dans le cas du lait de chèvre.
Contrairement au lait de chèvre, dont les teneurs en micronutriments sont semblables à celles du lait de vache, le lait de brebis se distingue par des teneurs absolues en partie très élevées en sels minéraux et en certaines vitamines.

Pour comparer les produits alimentaires, on fait souvent appel non à la teneur absolue en nutriments mais au rapport entre cette teneur (quantité en g, mg, µg ou ng) et l'énergie (100 kcal).
Du fait de la forte teneur énergétique du lait de brebis, les concentrations absolues de ce lait sont quelque peu atténuées.
C'est le lait de chèvre qui présente la plus forte densité en sels minéraux, alors que le lait de brebis contient le plus de vitamines par 100 kcal.

4 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. DorothyOt (site web) 05/12/2015

주소창에 www.opyo01.com 바로접속 원가쿠폰 이벤트 임박 "트러블녀의쿠션활용메이크업" 고급진 레시피로 내상 없는 A급 업소만 선별! 지금은오피요에서 즐달하면 내상을 입지 않아요! 천안오피 부천오피 역삼오피 인천오피 간석오피 수원오피 논현오피 일산오피 강남오피 분당오피 부평오피 안양오피 선릉오피 상동오피 안산오피 홍대오피 강서오피 성남오피 마포오피 강동오피 신촌오피 광교오피 대치오피 목동오피 구로오피 청주오피 잠실오피 신림오피 부산오피 용인오피 구월오피 평택오피 병점오피 고양오피 송파오피 건대오피 서면오피 장항오피 아산오피 행신오피 오산오피 화곡오피 화양오피 산본오피 신갈오피 수유오피 당진오피 주안오피 동탄오피 평촌오피 대전오피 동암오피 김포오피 계양오피 국내 최대 최신 유흥정보들이 가득한 지금은 오피요 할 시간~지역별 업소별 업종별로 정리 인기업소 베스트업소 확인 가능 오피,건마,휴게텔,핸플,안마,풀싸롱,립카페,페티쉬,유흥업소 등 최신 모든 정보가 한눈에! 은꼴사 야동관 각종 유머자료로 힐링힐링 너의목소리가보여2 수자원공사 이벤트! 최박사가 고음폭발하게 만든 와꾸녀 등장 "홍대로드샵투어" 윤쨔미션! 2만원으로 1만5천원을 더해 립카페를 가서 입싸를 하시오!
http://www.Opyo01.CoM
http://twitter.com/opyoopopyo

2. Rebeccast (site web) 08/12/2015

최신 유흥정보 오피요 구글 검색창에 오피요 검색 "캐리의 듀플로" 은꼴사 야동관 성인자료 유머자료 총정리. 우리동네 모든 오피 건마 립카페 핸플 키스방 휴게텔 풀싸롱 등 유흥업소의 모든 정보를 한눈에 찾자. 지금은 오피요 할 시간 천안오피 부천오피 역삼오피 인천오피 간석오피 수원오피 논현오피 일산오피 강남오피 분당오피 부평오피 등 전국 모든 유흥 700여개 제휴업소와 함께하는 오피요. 업소별 지역별 내 주위 모든 업소를 한눈에 확인하자. 천안오피 부천오피 역삼오피 인천오피 간석오피 수원오피 논현오피 일산오피 강남오피 분당오피 부평오피 안양오피 선릉오피 상동오피 안산오피 홍대오피 강서오피 성남오피 마포오피 강동오피 신촌오피 광교오피 대치오피 목동오피 구로오피 청주오피 잠실오피 신림오피 부산오피 용인오피 구월오피 평택오피 병점오피 고양오피 송파오피 건대오피 서면오피 장항오피 아산오피 행신오피 오산오피 화곡오피 화양오피 산본오피 신갈오피 수유오피 당진오피 주안오피 동탄오피 평촌오피 대전오피 동암오피 김포오피 계양오피 원가쿠폰 무료쿠폰 증정 이벤트 임박! 검색창에 http://www.Opyo01.com 즐겨찾기! 신규업소 인기업소 대거 업데이트! ‘히든싱어4’ 신지, 일산오피 코요태 멤버 수입 1위…김종민 "강남오피 다르다" 대체 왜? 가수 오피요 신지가 ‘히든싱어4’ 오피와요 최종 우승을 차지한 천안오피 가운데, 과거 멤버 역삼오피 김종민이 밝힌 코요태 수입 분배가 오피요 눈길을 끈다. http://www.Opyo01.com
트위터 http://twitter.com/opyoopopyo

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau