Cpk

 

La récupération après un ULTRA   :   le rôle essentiel des enzymes (CPK )

Vous venez de finir une diagonale des Fous, un UTMB, un Tor des Gants, ce sujet est pour vous
Le moment de s'interroger sur votre récupération arrive !

*********************************************

La règle des 30 jours ...
pourquoi ?

Les études réalisés sur la récupération après un ultra trail nous manquent .
Néanmoins à ce jour Jeff Galloway un des meilleurs spécialistes sur le sujet de la récupération de coureurs de longues distances a démontré par des analyse pointues qu'une récupération complète d'un marathon par un athlète de haut niveau est de 30 jours.

Ce constat a été confirmé par les travaux de plusieurs chercheurs notammet GLAISTER  ou encore GARRY qui ont travaillé sur  le temps de présence prolongée dans l'organisme de substances caractéristiques d'un effort physique intense tel l'enzyme CPK (Creatine Phosphokinase).

GALLOWAY (1995)  ; "Better Runs" , édition : Human Kinetics Publishers

GALLOWAY  (2001) "Marathon: You Can Do It!" , édition : Shelter Publications

GLAISTER (2005) Multiple sprintwork physiological responses, mechanisms of fatigue and the influence of aerobic fitness ; édition : Sports Med.

GARRY à étudier les effets des CPK sur des footballeurs professionnels : "postcompéttion elevation of muscle enzyme level in professionl football players " ( 2000) édition : Med.Gen.Med

 

Cela n'a rien à voir avec l'état de forme de vos fibres musculaires qui vont se refaire une santé beaucoup plus rapidement (2 semaines au maximum)

Il s'agit plutôt du temps de présence prolongée dans l'organisme d'une enzyme fortement développée avec l'effort ( la CPK Creatine Phosphokinase)

La cinétique des CPK est importante à connaître pour comprendre ce qui se passe en terme de récupération .
Ainsi, lors d'un ultra le niveau des CPK s’élève dès la 3e heure après le début de l’exercice, si l'effort est d'une durée de 3-4h il va culminer entre 8 et 18 heures à un niveau qui atteint jusqu’à 20 fois le taux normal , et va se normaliser après la 72e heure.

La persistance des CPK plusieurs jours après un effort est en lien direct avec la sévérité de l’effort et l’importance des microlésions dus à cet effort.

******************
En savoir plus sur la CPK :
Son taux sanguin normal varie de 5 à 130 UI / litre.
En sachant que 95% des CPK (CPK 3) sont dans les muscles rouges squelettiques, le reste ( CPK2) dans le muscle cardiaque (les CPK1 étant dans le cerveau ne sont pas présent dans le sérum sanguin relevé par prélèvement )

******************
Après un ultra un taux élevé peut s'observer 3 semaines après ....
S'entrainer avec un taux de CPK élevé va considérablement ralentir la récupération lors de vos entrainements intenses .

*********************************************
les stocks de sucre vite retrouvés !!
En dehors de ce signe biologique il va de soi que les stocks de glycogène musculaire et hépatique sont beaucoup plus vite reconstitués si la diététique est contrôlée .
En quelques jours tout est redevenu normal ;-)

******************************

>>>>>> le "crush syndrome"
un taux de CPK identique à des survivants de tremblements de terre !!!

Il arrive même dans des cas extrême de voir des symptômes cliniques d’un finischer d’ultra « no limit" identiques à ceux des ensevelis des tremblements de terre ou accidentés de la route suite à des écrasements musculaire très fort qui déclenche une apparition très importante de CPK.
On appelle cela le "crush syndrome", et dans ces cas de nécrose musculaire, l’élévation des CPK qui est le témoin le plus »marquant » n’est pas linéaire. On constate parfois lorsque la nécrose est sévère un phénomène de rebond des CPK.

******************************

>>>>>>
Sur le plan de la biochimique il y a 3 grands marqueurs de la destruction de nos petites cellules musculaires au cours d’un effort extrême :

1. La montée des LDH (ces grosses bêtes s'appellent aussi du doux nom barbare de "lacticodes-hydrogénases"
2. L’augmentation de la myoglobine.
3. Et bien sûr celle des CPK.

Et précisément c’est le taux de CPK qui mettra le plus de temps pour revenir à une normalisation.
Sur le plan pathologique l'un des symptômes de la maladie dite "anomalie de le béta oxydation mitochondriale" est précisément un taux de cpk très élevé associé à des crampes sévères…

******************************

on ne poursuit pas un effort quand on enchaine des crampes !!!
Voilà une des raisons pour laquelle je fais tout pour dire et redire qu’il n’est pas raisonnable de poursuivre un effort en allant de crampes sur crampes, chaque crampe étant synonyme d’une lésion plus ou moins importante …et d’une élévation des CPK.

******************************
Les CPK : un indicateur qui permet de savoir rester lucide face à des enchainements de performances hors normes !!!!

Voilà pourquoi un minimum de bon sens devrait permettre à chacun et chacune de se faire un opinion objective sur la crédibilité des compétiteurs s’alignant sur des courses (cycliste ou trail) ou s’enchaine des étapes de 3 à 5h d’effort… tout cela sans la moindre baisse de performance...

******************************
D'autres éléments d'info sur la récupération ici :
http://www.diet-sport-coach.com/pages/content/info-entrainement/la-recuperation.html

******************************

sources :
Jeff Galloway :
"Return of the Tribes to Peachtree Street," (1995)
édition : Human Kinetics Publishers

Jeff Galloway :
"Marathon: You Can Do It!" , (2001)
édition : Shelter Publications

13 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. noelle (site web) 26/04/2014

Bonjour, vous parler dans votre article de la pathologie des myosites à auto-anticorps. Qu'Est-ce que c'est ?

Merci pour votre réponse

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau