Gluten 2

 

Le débat fait rage !!


Chacun y va de son gourou "national" pour justifier son point de vue . Mais comme le disait l'ami Lénine "les faits sont têtus" .... il n suffit pas de s'autoproclamer "expert en nutrition " assorti du grade pompeux de professeur pour affirmer une vérité !!

Cet article va s'en tenir strictement aux faits .
A chacun ensuite de se faire son opinion avec sa sensibilité, sa philosophie de vie , son approche ...

Je ne vais chercher à vous convaincre pour une raison assez simple :
"le gluten" , tout comme "le sans gluten" ne sont pas mes fonds de commerce ;-)
> je ne vends pas de bouquin "antigluten" ou "pro-gluten"
> je ne vends aucune méthode nutritionnelle
> et bien sûr je ne vends aucun produit "sans gluten" ..même si je vous propose des recettes maison en accès libre de produits énergétiques "sans gluten"
(crème sport déjeuner ou barres énergétiques)

****************

AVERTISSEMENT
Pour ma part je reste donc prudent...et ne me place ni dans un camp... ni dans l'autre.
Dans les échanges qui pourraient suivre après lecture de cet article merci de tenir compte de ce positionnement personnel

****************

>>>>>
petit rappel
le gluten : deux groupes de protéines

Le gluten est divisé en deux groupes de protéines :
> les gluténines
> les prolamines.

Ce sont seulement les protéines prolamines qui sont parfois "toxiques" ; et parmi celles-ci c'est l'alpha gliadine qui est présente dans le blé qui va le plus apporter d'intolérance.
Ainsi l’avéline de l'avoine est généralement beaucoup mieux tolérée.

>
Listes des céréales et % de présence en prolamines (la protéine "gluten" toxiques)

=> Blé 69% de prolamines (épeautre idem )
=> seigle 50% de sécaline
=> Orge 45% de prolamines (avec la présence de l'hordénine)
=> Avoine 16 % de prolamines (avec la présence de l'avénine)
=> Riz 5% seulement de prolamines (avec la présence de l'Orzénine)

=> Le quinoa, le sarrasin, et l'amarante ne contiennent pas de gluten.

>>>>>>
Aucune étude comparative croisées sur des individus en bonne santé

A ce jour je n'ai encore pu pas mettre la main sur une méta-analyse d' études comparatives réalisées par des chercheurs totalement indépendants ( universitaires par exemple) conduites sur du long terme avec deux cohortes de testeurs en bonne santé ne souffrant pas de pathologie connue en lien à la prise de gluten .

C'est donc un peu gênant de nous rabattre les oreilles avec des études réalisées sur des cohortes d'individu ayant des problèmes gastriques ....

Faute de ce type d'étude on peut toujours avancer que le gluten est le pire des maux gastriques... ou affirmer l'inverse... rien ne permet de valider l'une des deux thèses sur des sujets bien portants !!

>>>>>
L'intolérance au gluten n'explique pas tout !

Sincèrement dire à un compétiteur de retirer le gluten alors qu'il ne souffre visiblement d'aucun problème gastrique ou plus encore de l'intolérance clinique grave liées à la maladie coeliaque ...me semble juste inutile !

****************
A RETENIR !
Faut-il rappeler que seul 1% maxi de la population est touchée par cette maladie , c'est beaucoup mais enfin il reste les 99 autres % .... !!

****************

Fort de constat comment expliquer cette vague d'intolérance autoproclamée au gluten qui justifierait chez 99% de la population tous les symptômes de gaz, de ballonnements, de diarrhée/ constipation, de fatigue, de vertiges, j'ai entendu même parlé de stérilité ou des variations d'humeur !!
Tout y passe ou presque !!

>>>>>
Quand les testeurs se font piéger !!
Des études récentes qui dérangent .....
....et dont se garde bien de parler les gourous du "sans gluten" !!

Devant la montée en puissance du marketing " sans gluten" des recherches récentes (2013 ) pilotées par Biesiekierski et Peter Gibson (gastroentérologue australien) , concluent sans équivoque que de nombreux cas de "supposé intolérance au guten" sont en réalité causés par les carbohydrate (forme particulière de sucres fermentescibles appelée aussi FODMAP.

Le blé étant une source importante de sucres fermentescibles cela explique le soulagement quand celui-ci est retiré de l'alimentation.... mais le gluten n'a rien à voir la dedans !!!
oups ....

Les études ont montrées que l’effet du gluten chez des patients dit « sensibles au gluten » est plutôt d’ordre nocebo (c'est à dire par effet psychologique) .

****************
A RETENIR !
Les chercheurs ont pu montrer que même lorsque le traitement ne contenait pas de gluten l’anticipation d’une réintroduction annoncée aux patients du retour du gluten dans l'alimentation suffisait à déclencher le retour des symptômes ....
Edifiant quand même !!!

****************

Chez ces mêmes patients, les troubles digestifs seraient en fait dus à la présence de sucres fermentescibles (FODMAP) dans l’alimentation. Le blé étant une source importante de FODMAP, son éviction apporterait donc un soulagement tout à fait objectif, mais peut-être attribué à tort à la suppression du gluten.

Biesiekierski et Peter Gibson sont sans concession en montrant que bon nombre de personnes qui se croient intolérantes au gluten ne le sont pas !!

Dans la même réflexion les travaux de Di Sabatino montrent que le syndrome de « sensibilité au gluten » recouvre en réalité très souvent plusieurs pathologies avec des mécanismes d’action qui n'ont rien à voir avec le gluten...

>>>>>
Quand le marketing s'en mêle : la démesure arrive !!

Dans cet histoire de gluten j'y vois aussi une juteuse affaire commercial

....Tout comme dans celle qu'on nous a fait pour le stress oxydant et les inévitables oméga 3 qu'il fallait avaler pour remédier à tous les maux ou presque ....

....Tout comme nous avons eu droit il y a quelques années à la folie furieuse du "tout vitamine C" pour remédier miraculeusement à nos fatigues chroniques !

Restons lucide !
Allons observer les têtes de gondoles de certaines pharmacies, ou les rayons des grandes surfaces du côté des produits bio :
n'est-ce pas révélateur du business autour des effets "tendance" marketing du gluten ?

Il y a 10 ans impossible d'échapper à une promo d'une boite de vitamine C !
Il y a 3 à 5 ans c'étaient les oméga 3... redoutables d'efficacité, nous disait-on, pour soigner tout ou presque tout !

Ainsi, juste pour rire, que diriez-vous d'une étude des ventes des oméga 3 aujourd'hui avec celles de 3 ans en arrière ?
Idem pour la vitamine C pour comparer les ventes des années 90-95 et celles de 2013 ?

Aujourd'hui ne pas disposer d'une batterie de produits sans gluten pour une grande surface c'est incontestablement manquer à son devoir élémentaire de commerçant... RDV dans 10 ans pour voir si le rayon est aussi fourni !

Dans tout cela certes on trouve du vrai mais aussi beaucoup, beaucoup d'exagération...D'ailleurs avec le temps c'est drôle mais les discours se calment...

>>>>>>
Le gluten a bon dos !!!
La digestion est aussi directement liée à un problème de vibrations

Les auteurs des articles sur le gluten pas toujours experts sur la chose sportive ( ou parfois totalement ignorants ....) oublient quand même de dire qu'un sportif pratiquant un sport avec fortes vibrations à répétition va imposer au tube digestif de fortes sollicitations que ne rencontrera pas l'expert des séries TV assis sur son canapé !!!

>>>>>
Une méconnaissance des contraintes mécaniques du sportif

Nos braves professeurs "gourous" du sans gluten savent-ils vraiment les contraintes imposées à l'organisme par un sport d'endurance ?
A voir leur assurance pour nous avancer que le gluten est la cause des troubles gastriques du sportif , permettez-moi d'en douter !!!

>>>>>
L'observation du terrain qui laisse perplexe ...
Pour ma part j'ai la chance d'avoir suivi des centaines de sportifs sur de nombreuses disciples d'endurance ( natation, vélo, course à pied, ski, kayak ....) .
Ce suivi (de bientôt 30 ans) m'a permis d' observer des différences de "réactions gastriques" importante à l'effort d'un sport à l'autre ...

Voyez-vous c'est quand même "étrange" de constater par exemple beaucoup moins de retours de problèmes gastriques chez les cyclosportifs de bon niveaux que chez leur compère traileur... avec les mêmes densités de gluten avalés
En effet je parle de sportifs ayant le même plan nutritionnel avec la même ration journalière d'aliments à présence de gluten...

De la même manière pourquoi bon nombre d'ultra traileurs, adeptes du sans gluten pur ( suite à une vraie intolérance ou par choix respectable ) sont victimes de sérieux désordres gastriques avec parfois les mêmes vomissements fréquents constatés autour de la 15-20e heure de course que chez leurs petits camarades s'enfilant des barres énergétiques au gluten ?

>>>>>
Une méconnaissance des contraintes mécaniques du sportif
Faut-il rappeler à nos gourous du "sans gluten" que les nausées et vomissements sont des troubles gastriques du système digestifs supérieur !!!
Hors quelle est la première origine de la sensibilité du système digestifs supérieur ?
Le débit sanguin !

Y aurait-il une étude nous démontrant l'impact du gluten sur le débit sanguin au niveau du système digestif supérieur ?
Désolé aucune à ma connaissance !

Eh oui une des causes essentielles des troubles gastriques (que se garde de dire les "gourous" du sans gluten) est la baisse du débit sanguin au niveau du tube digestif consécutif à l'effort musculaire.

Pourtant tout étudiant en cours de physiologie apprend (ou devrait apprendre) que lors d'un effort d'endurance le volume sanguin est fortement mobilisé par les muscles, il sera donc fatalement moins présent ailleurs et notamment pour prendre soin du brave système digestif.

>>>>
Le stress
Autre problématique "oubliée" un peu trop vite : l'impact du stress !

Un simple questionnaire individuel m'a souvent permis de constater que lorsqu'un compétiteur se plaint de ses barre énergétiques, ses gels (commerce ou maison d'ailleurs) et bien en réalité ces troubles digestifs à l'effort sont les mêmes que ceux qu'il constate lorsqu'il fait face à un très fort choc émotionnel (stress psychologique pour faire court).

A titre anecdotique un traileur a fait le rapprochement de ses symptômes en cours d'effort avec ceux qu'il avait à la vue du sang ...

On est loin, très loin de la problématique du gluten !!

>>>>>>
La modération : en principe de précaution

Je ne dis pas que dans certains cas le gluten ne soit pas à l'origine des troubles gastriques !
Affirmer cela reviendrait à adopter la posture inverse, tout aussi ridicule, des gourous du sans gluten

Néanmoins, avant de poser le constat "gluten = produit dangereux" il faut tester, valider et ensuite seulement se dire : " ok, pour moi le gluten n'est pas bon !".

Donc l'affirmation du gluten comme à priori nocif pour un sportif " n'est pas fondé ..même s'il est vrai que, sur le principe de précaution, ne pas en abuser reste plus prudent.

>>>>>
Le dépistage sanguin :
Pour info en cas de doute la solution reste le dépistage avec un test sanguin : le labo va détecter le taux d'anti-endomysium et anti-transglutaminase.
Ce sont les anticorps qui vont déterminer le niveau d'intolérance ou d'allergie au gluten.

>>>>>>
La maladie cœliaque
(extrait du site http://www.passeportsante.net)

Également connue sous le nom d'intolérance au gluten, la maladie cœliaque, touche environ 4 personnes sur 1 000 en Amérique du Nord. Les gens atteints de cette maladie souffrent d'une intolérance permanente au gluten, une protéine qui se trouve dans le grain de plusieurs céréales. Dans le cas de la maladie cœliaque, la consommation de gluten peut entraîner des symptômes intestinaux, telle une malabsorption de plusieurs nutriments. La gliadine est la partie du gluten contenu dans le blé qui provoque une réaction immunitaire chez les personnes atteintes de cette maladie.

>>>>>>>
sources :

> Biesiekierski (2013)
"Is gluten a cause of gastrointestinal symptoms in people without celiac disease?"
édition : Current Allergy and Asthma Reports

> Biesiekierski , Gibson PR. (2013)
No effects of gluten in patients with self-reported non-celiac gluten sensitivity after dietary reduction of fermentable, poorly absorbed, short-chain carbohydrates.
édition : Current Allergy and Asthma Reports

> Di Sabatino A (2012)
Nonceliac gluten sensitivity: sense or sensibility?
édition : Ann Intern Med. 2012

> Hervé This (2009)
"Cours de gastronomie moléculaire"
édition : Quae

8 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Commentaires (8)

1. Jerome 28/11/2014

Merci pour cet article plus qu'intéressant!
Je pense tout comme toi que le problème réside plus dans la quantité ingérée que dans le gluten en lui même. On pourrait extrapoler ce débat au sucre, au sel, au chocolat... Ma grand mère me disait souvent (non ce n'était pas une philosophe ma grand mère), "mange de tout modérément et tu seras en forme"... tout est question de mesure! Et pourtant ma grand mère n'était pas professeur expert en nutrition mais très bonne cuisinière :)
Encore merci pour ton site vraiment excellent!

2. Julien 03/02/2015

Bonjour,
et merci pour l'article,
personnellement je prend garde aux dits Gluten car j'ai une spondylarthrite et autres petites anomalies apparues ensuite, et donc considéré en maladie Auto Immune.
Dans le cadre de ma maladie, que j'ai depuis mes 12 ans, j'en ai 37 maintenant ! J'ai entendu beaucoup et lu beaucoup sur les effets du Gluten et du sans Gluten,alors je limite la prise c'est tout par simple choix pour avoir une nourriture le plus varié possible.
Car j'ai essayé avec et sans, et le sans est très très dur à faire au quotidien.
N'étant pas intolérant, il parait juste d'après des chercheurs que dans certaines maladies (auto immune) on est dérangé par le gluten ! perso je n'ai rien vu ou ressenti !
Mais autant profiter et continuer,et ce sujet est certes complexe et vaste
Merci, et bonne continuation

3. TORRES Claude 02/03/2015

Personnellement j'ai arrêté le gluten suite à une maladie auto immune de la thyroïde et je me porte nettement mieux. Malgré le traitement la TSH restait élevée (2 ans de traitement) et 2 mois après l'arrêt du gluten la TSH est enfin descendue. N'étant alors plus en hypothyroïdie, j'ai enfin pu retrouver la forme

4. LAMBERT 14/05/2015

Bonjour
Votre explication est très intéressante, facilement compréhensible, bravo

5. Mélanie 16/08/2015

MERCI! Je me sens moins seule sur l'avis du "gluten/pas gluten". Super article: simple et compréhensible.

6. Paula 25/03/2016

Bonjour,
Perso avec l'age certaines douleurs articulaires augmentent, surtout les articulations qui sont le plus sollicitées par mes efforts physiques - la médecine allopathique l'a nommé debout d'arthrose - en virant le gluten de mon quotidien l’arthrose disparaît et dès que je vais plus d'un écart par semaine les douleurs reviennent.

7. valerie 14/04/2016

N'étant pas née (hélas ) de la dernière pluie je me méfie de toutes les certitudes, des panacées, des modes. Au cours d'une crise ("colite") un médecin m'a suggéré d'arrêter le gluten "pour voir"., ajoutant que si j'y étais intolérante, je verrais la différence en trois jours.
J'ai testé avec d'autant moins de conviction que j'adore le pain le beurre le fromage le café au lait....
"Les faits sont têtus" J'ai vu la différence en moins d'une journée. Depuis, souffrant beaucoup moins de brûlures, gaz, etc, j'oublie parfois, rencontrant par le plus pur des hasards une pizza au chorizo que je mange sans gluten. Je dois dire que je m'en souviens très vite !
Tout ceci pour dire que si on est effectivement intolérant, on voit vraiment (et surtout : VITE!) la différence, et non, ce n'est pas une question de quantité ...Au diable pain pâtes lasagnes pizzas biscuits sauces béchamel sandwichs pan bagnats oeuf coque-mouillettes ! Honnêtement ce n'est pas de la tarte (adieu tartes au fait !) Mais j'avoue qu'ayant commencé sans grande conviction, n'étant pas encline aux sacrifices, j'ai arrêté plusieurs fois d'arrêter. Ce coup-ci j'arrête (le gluten) . oh yeah (ou oyez). Mais je continue les clopes. En petite quantité bien sûr....

8. Sylvain 07/06/2016

Bonjour,

Ma fille a la maladie cœliaque, celle que l'on dépiste par des analyses... en fait l'unique.

Au bout d'une diète sans gluten pendant 12 mois, toutes les analyses n'étaient pas encore rentrées dans l'ordre (encore définies border-line), au bout de 24 mois tout est passé sous les taux visées. Au bout de 12 mois j'avais posé des questions, la réponse était claire et nette, la diète est effective, sinon vous n'auriez pas les améliorations obtenues, mais il est normal que ça prenne jusqu'à 2 ans pour 'rentrer dans l'ordre'.

Donc les réactions immédiates et les améliorations éclairs, j'ai quelques doutes : on serait plus dans le grand courant des intolérances multiples où chacun se soigne son arthrose en arrêtant au choix, le lait, le café, le blé, etc.

J'habite à l'étranger, dans un pays ou le 'sans-gluten' est plus facile à gérer qu'en France, car le "savoir" y est un peu plus 'certain' : aucun médecin ne dirait "essaye pour voir", il y a a) des analyses b) des protocoles, c) des cours qui enseignent ce qu'est une véritable diète sans gluten.

Pour qu'un produit soit sans gluten il faut des taux inférieurs à 20 ppm, cela signifie 20 micro-grammes par kilos... ça veut dire qu'un boucher charcutier qui coupe un pâté-croûte et ensuite te taille de la viande avec le même gant... ne te vend pas de la viande gluten free, enfin peut-être, mais aussi peut-être pas... La dépend de la quantité de miettes

PS les taux de personnes atteintes de maladie cœliaque ne sont pas de 4 pour 1000, mais de 1 pour 120 à 1 pour 150 dans tous les pays occidentaux (les différences venant de la qualité du diagnostic).

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau